Certaines métiers comportent de grands risques, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, les métiers les plus dangereux sont parfois plutôt banals.

Si l’on sait aujourd’hui que le métier de bureau peut s’avérer nuisible pour la santé (risque plus élevé de cancer, d’obésité, etc.), les métiers ci-dessous vous donneront peut-être envie de travailler devant un écran.

Voici donc les métiers les plus dangereux :

  1. Marin(e) et pêcheur(euse)
  2. Élagueur(euse)
  3. Pilote d’avion
  4. Agriculteur(trice)
  5. Couvreur(euse)
  6. Ouvrier(ère) sidérurgiste
  7. Ouvrier(ère) de maintenance
  8. Éboueur(euse)

Marin(e) et pêcheur(euse)

Le métier de marin et de pêcheur est souvent considéré comme dangereux pour plusieurs raisons :

  1. Conditions météorologiques extrêmes : Les marins et les pêcheurs travaillent souvent en plein air, exposés aux éléments tels que les tempêtes, les vagues énormes, les vents violents et les conditions de navigation difficiles.
  2. Environnement de travail instable : Travailler sur l’eau signifie faire face à un environnement de travail instable où les conditions peuvent changer rapidement, augmentant le risque de chutes, de glissades et de blessures.
  3. Travail avec des équipements lourds et dangereux : Les marins et les pêcheurs manipulent souvent des équipements lourds tels que des filets, des cordages, des treuils et des engins de pêche, ce qui peut entraîner des blessures graves en cas d’accident.
  4. Isolement et éloignement : Les pêcheurs peuvent être isolés en mer pendant de longues périodes, ce qui rend les secours en cas d’urgence plus difficiles et augmente les risques en cas de problème.
  5. Danger de naufrage ou de collision : Les collisions entre navires, les échouements et les naufrages sont des dangers potentiels auxquels les marins et les pêcheurs sont confrontés, surtout dans des zones très fréquentées ou dans des eaux difficiles à naviguer.
  6. Exposition à des produits chimiques et à des conditions insalubres : Certains types de pêche impliquent l’utilisation de produits chimiques dangereux, et les conditions de vie à bord peuvent être difficiles en raison de l’espace limité, de l’humidité et des risques pour la santé associés à une exposition prolongée à l’environnement marin.
six black-and-yellow fishing rod in boat

Élagueur(euse)

Le métier d’élagueur ou d’élagueuse comporte également des risques importants pour plusieurs raisons :

  1. Travail en hauteur : Les élagueurs passent une grande partie de leur temps à travailler en hauteur, souvent dans des arbres, ce qui expose les travailleurs au risque de chutes graves en cas de glissade ou de mauvaise manipulation de l’équipement.
  2. Utilisation d’outils tranchants et dangereux : Les élagueurs utilisent des scies, des tronçonneuses et d’autres outils tranchants pour tailler et couper les branches, ce qui peut entraîner des blessures graves en cas de manipulation incorrecte ou d’accident.
  3. Branches instables : Les branches d’arbres peuvent être instables et imprévisibles, ce qui augmente le risque de chute de branches ou de débris pendant le processus d’élagage.
  4. Électrocution : Lorsque les élagueurs travaillent près de lignes électriques, il existe un risque d’électrocution si les branches entrent en contact avec des fils sous tension.
  5. Exposition à des conditions météorologiques extrêmes : Les élagueurs doivent souvent travailler par temps venteux, pluvieux ou froid, ce qui peut rendre les conditions de travail difficiles et augmenter les risques d’accidents.
  6. Formation et équipement inadéquats : L’absence de formation adéquate sur les techniques d’élagage sécuritaire et l’utilisation appropriée de l’équipement peut augmenter les risques pour la sécurité des élagueurs.

En raison de ces risques, les élagueurs doivent suivre une formation spécifique en matière de sécurité, utiliser un équipement de protection individuelle approprié et prendre des précautions supplémentaires pour minimiser les dangers associés à leur travail.

man in green t-shirt and black pants holding black and brown shovel

Pilote d’avion

Le métier de pilote d’avion est également associé à plusieurs risques et dangers, notamment :

  1. Accidents et incidents en vol : Les pilotes doivent faire face à des risques d’accidents en vol dus à des pannes mécaniques, des erreurs humaines, des conditions météorologiques extrêmes, des collisions avec des oiseaux ou d’autres aéronefs, etc.
  2. Fatigue et stress : Les horaires de travail irréguliers, les décalages horaires, les longues heures de vol et la pression pour respecter les délais peuvent entraîner une fatigue et un stress importants, ce qui peut affecter les performances des pilotes et augmenter les risques d’erreur.
  3. Conditions météorologiques défavorables : Les pilotes doivent souvent faire face à des conditions météorologiques difficiles telles que le brouillard, les tempêtes, les vents forts, le givre, etc., ce qui peut rendre le vol plus dangereux et nécessiter des compétences et une expérience supplémentaires pour les naviguer en toute sécurité.
  4. Turbulences : Les turbulences atmosphériques peuvent survenir soudainement et sans avertissement, ce qui peut causer des secousses importantes dans l’avion et potentiellement blesser les passagers ou les membres d’équipage qui ne sont pas correctement attachés.
  5. Défaillance des équipements : Les équipements de vol, tels que les moteurs, les systèmes de navigation et les systèmes de communication, peuvent subir des défaillances techniques, ce qui peut compromettre la sécurité du vol.
  6. Menaces externes : Les pilotes doivent également être conscients des menaces externes telles que les actes de terrorisme, la piraterie aérienne et d’autres situations d’urgence qui pourraient compromettre la sécurité du vol.

En raison de ces risques, les pilotes doivent suivre une formation rigoureuse, respecter des normes de sécurité strictes, effectuer des vérifications pré-vol approfondies, et être capables de prendre des décisions rapides et judicieuses en cas d’urgence pour assurer la sécurité de l’aéronef et de ses passagers.

two men piloting plane during daytime

Agriculteur(trice)

Le métier d’agriculteur ou d’agricultrice comporte également plusieurs risques et dangers :

  1. Accidents avec des machines agricoles : L’utilisation de machines agricoles telles que les tracteurs, les moissonneuses-batteuses, les tondeuses, etc., présente des risques d’accidents, y compris des renversements, des collisions et des blessures causées par les pièces en mouvement.
  2. Exposition aux produits chimiques : Les agriculteurs utilisent souvent des pesticides, des herbicides et des fertilisants pour protéger leurs cultures et augmenter leur rendement. Cependant, une exposition prolongée à ces produits chimiques peut entraîner des problèmes de santé tels que des intoxications, des irritations cutanées, des troubles respiratoires, voire des cancers.
  3. Travail manuel pénible : Les tâches agricoles, telles que la plantation, la récolte, le désherbage et l’élevage, impliquent souvent un travail manuel intense et répétitif, ce qui peut entraîner des blessures musculo-squelettiques, des entorses, des foulures et d’autres troubles physiques.
  4. Exposition aux éléments naturels : Les agriculteurs travaillent en plein air et sont exposés aux intempéries, aux températures extrêmes, aux rayons UV du soleil, ainsi qu’aux piqûres d’insectes et aux morsures d’animaux, ce qui peut entraîner des maladies, des coups de chaleur, des engelures et d’autres problèmes de santé.
  5. Stress financier et incertitude : Les agriculteurs font souvent face à des pressions financières, notamment des fluctuations des prix des produits agricoles, des coûts élevés de production, des réglementations gouvernementales, ainsi que des risques liés aux catastrophes naturelles telles que les sécheresses, les inondations et les tempêtes, ce qui peut entraîner du stress financier et émotionnel.
  6. Isolement et accès limité aux services médicaux : De nombreux agriculteurs travaillent dans des zones rurales éloignées, ce qui peut limiter leur accès aux services médicaux d’urgence en cas d’accident ou de problème de santé.

En raison de ces risques, il est important pour les agriculteurs de suivre des pratiques de travail sécuritaires, de porter l’équipement de protection approprié, de recevoir une formation sur l’utilisation sécuritaire des machines et des produits chimiques, ainsi que de prendre des mesures pour préserver leur bien-être physique et émotionnel.

man in white shirt planting at daytime

Couvreur(euse)

Le métier de couvreur ou de couvreuse comporte également plusieurs risques et dangers :

  1. Chutes de hauteur : Les couvreurs passent la majeure partie de leur temps à travailler en hauteur, sur des toits souvent inclinés. Cela expose les travailleurs au risque de chutes graves en cas de glissade, de perte d’équilibre ou de rupture des matériaux de support.
  2. Mauvaises conditions météorologiques : Les couvreurs doivent travailler à l’extérieur et sont exposés aux intempéries comme la pluie, la neige, le vent et la chaleur. Ces conditions peuvent rendre le travail plus difficile et augmenter les risques d’accidents.
  3. Manipulation d’outils et de matériaux lourds : Les couvreurs utilisent des outils électriques, des matériaux de toiture et des équipements lourds, tels que des échelles, des échafaudages et des leviers. La manipulation de ces objets peut entraîner des blessures s’ils ne sont pas utilisés correctement.
  4. Exposition à des produits chimiques et toxiques : Certains matériaux de toiture, tels que les produits d’étanchéité et les adhésifs, peuvent contenir des produits chimiques nocifs. Une exposition prolongée à ces substances peut entraîner des problèmes de santé, notamment des irritations cutanées, des troubles respiratoires et des intoxications.
  5. Travail avec de l’amiante : Dans certaines structures plus anciennes, le matériau de toiture peut contenir de l’amiante, qui est extrêmement dangereux pour la santé lorsqu’il est inhalé. Le retrait ou la manipulation de l’amiante nécessite une formation spécialisée et des précautions particulières.
  6. Travail dans des espaces confinés : Certains travaux de couverture peuvent nécessiter de travailler dans des espaces restreints, tels que des greniers ou des combles. Cela peut augmenter les risques de suffocation, de mauvaise ventilation et d’exposition à des dangers cachés, comme les moisissures ou les gaz toxiques.

Pour réduire ces risques, il est important que les couvreurs suivent une formation en sécurité appropriée, utilisent l’équipement de protection individuelle adéquat, respectent les normes de sécurité sur le lieu de travail et soient conscients des dangers potentiels associés à leur métier.

a man riding a skateboard on top of a roof

Ouvrier(ère) sidérurgiste

Le métier d’ouvrier ou d’ouvrière sidérurgiste comporte également plusieurs risques et dangers :

  1. Exposition aux températures élevées : Les sidérurgistes travaillent souvent dans des environnements où ils sont exposés à des températures extrêmement élevées, en raison de la fonte et de la manipulation du métal en fusion. Cela peut entraîner des brûlures thermiques sévères en cas de contact direct avec le métal chaud ou d’autres surfaces chauffées.
  2. Exposition aux produits chimiques : Les procédés de fabrication de l’acier peuvent impliquer l’utilisation de produits chimiques dangereux tels que le carbone, le soufre, le phosphore, le dioxyde de soufre et d’autres substances toxiques. Une exposition prolongée à ces produits chimiques peut causer des problèmes de santé, y compris des troubles respiratoires, des irritations cutanées, voire des maladies graves.
  3. Manutention de charges lourdes : Les sidérurgistes sont souvent amenés à manipuler des charges lourdes, que ce soit en déplaçant des matériaux ou en effectuant des opérations de levage. Cela peut entraîner des blessures musculo-squelettiques telles que des entorses, des fractures et des hernies.
  4. Accidents avec des équipements lourds : Les usines sidérurgiques utilisent une variété d’équipements lourds tels que des machines de coulée, des convoyeurs, des grues et des laminoirs. Les accidents liés à ces équipements, tels que les renversements, les chutes d’objets et les pincements, peuvent causer des blessures graves voire mortelles.
  5. Exposition aux émissions et aux particules : Les procédés de production de l’acier peuvent générer des émissions polluantes et des particules en suspension dans l’air, telles que la poussière de charbon, de minerai de fer et d’autres substances. Une exposition à ces polluants peut entraîner des problèmes respiratoires, des allergies, voire des maladies pulmonaires chroniques.
  6. Conditions de travail difficiles : Les environnements de travail dans les usines sidérurgiques peuvent être bruyants, sales et exiger de longues heures debout. Cela peut entraîner une fatigue physique et mentale, ainsi que des problèmes de santé à long terme tels que le stress et l’épuisement professionnel.

Pour atténuer ces risques, les sidérurgistes doivent suivre une formation en sécurité appropriée, porter l’équipement de protection individuelle adéquat, respecter les procédures de sécurité sur le lieu de travail, et être conscients des dangers potentiels associés à leur métier. De plus, les employeurs ont la responsabilité de mettre en œuvre des mesures de prévention des risques et de fournir un environnement de travail sûr pour leurs employés.

man in orange and black vest wearing white helmet holding yellow and black power tool

Éboueur(euse)

Le métier d’éboueur ou d’éboueuse comporte également plusieurs risques et défis :

  1. Exposition aux déchets dangereux : Les éboueurs sont exposés à une grande variété de déchets, y compris des matériaux tranchants, des produits chimiques toxiques, des substances corrosives et des déchets biologiques potentiellement infectieux. Cela peut entraîner des risques de coupures, de brûlures, d’intoxications et de maladies.
  2. Manutention de charges lourdes : Les éboueurs doivent soulever, transporter et vider des bacs à déchets, des sacs poubelles et d’autres conteneurs, souvent remplis de déchets lourds. Cela peut entraîner des blessures musculo-squelettiques, des entorses et des hernies.
  3. Exposition aux dangers de la circulation : Les éboueurs travaillent souvent le long des routes et dans des zones urbaines très fréquentées, exposés au trafic routier. Cela les expose au risque d’accidents de la circulation, tels que les collisions avec des véhicules, les renversements et les blessures causées par des conducteurs inattentifs.
  4. Exposition aux conditions météorologiques extrêmes : Les éboueurs travaillent par tous les temps, exposés à la chaleur, au froid, à la pluie, à la neige et aux intempéries. Cela peut entraîner des problèmes de santé tels que les coups de chaleur, l’hypothermie, les engelures et les maladies respiratoires.
  5. Risques liés aux équipements et aux véhicules : Les éboueurs utilisent souvent des camions-bennes, des compacteurs et d’autres équipements lourds pour collecter et transporter les déchets. Les accidents liés à ces véhicules et équipements, tels que les renversements, les chutes et les écrasements, peuvent causer des blessures graves.
  6. Stigmatisation sociale et risques psychosociaux : Le travail d’éboueur peut être socialement stigmatisé et associé à des perceptions négatives. De plus, le fait de travailler dans des environnements sales et malodorants peut avoir un impact sur le bien-être psychologique des éboueurs, augmentant les risques de stress, de dépression et d’anxiété.

Pour atténuer ces risques, il est essentiel que les éboueurs reçoivent une formation en sécurité adéquate, portent l’équipement de protection individuelle approprié, respectent les procédures de sécurité sur le lieu de travail et bénéficient d’un soutien psychologique pour faire face aux défis émotionnels associés à leur métier. De plus, les employeurs ont la responsabilité de mettre en œuvre des mesures de prévention des risques pour assurer la sécurité et le bien-être de leurs employés.

man in yellow shirt standing beside white crew cab pickup truck