LE RSI VOUS SIMPLIFIE LA VIE

  • LE RSI VOUS SIMPLIFIE LA VIE

 

 

Préface :

 

 

 

Par cet article, nous allons essayer de vous faire comprendre le mode de fonctionnement du régime social des indépendants : le RSI

 

L’enquête menée par nos soins et après 4 années de batailles, de combats, de recherches,  nous donnent aujourd’hui, enfin assez d’éléments pour pouvoir en déduire objectivement certaines affirmations et le RSI contredira fermement si nous fautons ... euh non,  pardon !! Il ne contredira rien, il n’est pas dans ses habitudes de s’expliquer de quoi que ce soit, le RSI ne se justifie en rien, le RSI  porte plainte !

 

Afin d’écarter tout rêve, ne pensez pas que la presse relaiera quoi que ce soit concernant le fonctionnement du RSI. 98% de la presse nationale est, par le système bâillonnée.

 

Heureusement il reste quelques médias bien gaulois qui n’ont pas peur de dénoncer ce qui se passe mais ceux là se comptent sur les doigts d’une main. Ne croyez pas non plus que la politique changera quoi que ce soit, ils mangent tous à la même cantine, la politique a pour seul objectif de faire intermédiaire entre la finance ( les vrais patrons, et le peuple).Se sont des marionnettes ni plus ni moins.

 

Article 1 / AVANT LE RSI, IL Y AVAIT QUOI ? 

 

  Trois caisses : CMR (santé) ORGANIC et CANCAVA (vieillesse) dont chacune était responsable des émissions et encaissements des cotisations, les CMR appelaient les cotisations maladie, indemnités journalières, maternité et avaient recours aux Organismes Conventionnés pour l'encaissement ainsi que pour le remboursement des prestations maladie, les CMR géraient ensuite les comptes bancaires ouverts chez les OC et les reversaient à la CANAM, leur tutelle. Les caisses vieillesse n'ont JAMAIS eu recours aux OC, leur caisse nationale gérait en partie les cotisations. Depuis longtemps, ces deux caisses auraient dû être regroupées, en effet, pourquoi une caisse pour un artisan et une autre pour un commerçant ?

 

Les Urssaf géraient la CSG et l'ERDS mais la collecte des impôts des artisans, commerçants, professions libérales était effectuée par les CMR à l'aide de rapprochements communs avec les caisses vieillesse. Les éléments servaient à lancer les avis d'appels de cotisations, les régularisations et les avances sur l'année N-2. Les choses étaient plus "simples" chacun faisait son travail même si des améliorations étaient souhaitables. En fusionnant ces trois caisses, sous prétexte de simplification, les gouvernements successifs, avides de cupidité se sont fourvoyé dans cet imbranglio inacceptable et, à l'écoute des grands "cris" des URSSAF ont permis la mise en place de l'ISU : ces fonctionnaires étaient trop nombreux, les budgets considérables ! Il fallait trancher entre fusion des URSSAF ou fusion des Caisses. Après moults réunions, conférences et séminaires comptabilisant des dépenses dont seule la France est maître en la matière, se sont imposées, avec le soutien des élus.

 

http://watine.typepad.com/weblog/2007/07/rsi-organic-ava.html

 

 

(Parenthèse ... Longue parenthèse : Saviez vous qu’à cette époque existait déjà les « élus administrateurs syndiqués » ? Ils avaient pour mission de défendre les intérêts des travailleurs indépendants auprès de ces caisses. Mr QUEVILLON était déjà « élu administrateur bénévole, oui bénévole ! » dans l’une d’entre elles. Pour la petite histoire, Mr QUEVILLON est à ce jour, le chef suprême syndiqué UPA et a siégé en tant que Président national RSI de 2006 à 2012 et siège et siégera de 2012 à 2017, il est légitimement appelé «président national du RSI». Les syndicats ont toujours couvert les intérêts des URSSAF, et continuent de plus belle aujourd’hui vis-à-vis du RSI. Ils n’ont, en revanche, jamais défendu les intérêts des travailleurs indépendants, sinon, ça se saurait si tel avait été le cas. Bref, tout ça pour vous dire que le bourbier dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui et en grande partie due à aux syndicats, complices et sans aucun doute corrompus auprès de toutes les institutions. 

 

Nous les considérons comme des carriéristes, tout comme nos chers politiques d’ailleurs, quelque soit leurs bords. Pour ceux et celles qui seraient adhérent à un syndicat, sachez qu’en réalité vous engraissez des syndicats tel que l’UPA ou la CGPME pour ne citer qu’eux. Les syndicats ont vendu leur âme au diable, il y a de nombreuses années déjà. Mais ils sont indispensables dans notre société afin que les politiques puissent faire passer leurs lois tout en faisant croire qu’ils nous ont consultés, donc nous faire croire en une démocratie. Les syndicats représentatifs aujourd’hui ne représentent à peine que 12% de l’ensemble des 3.5 millions de travailleurs indépendants actifs, tous syndicats confondus. La parenthèse est longue mais il est nécessaire et important de bien vous faire comprendre le système tel qu’il existe aujourd’hui. Dans chacune des caisses RSI, il y a un Président RSI donc un élu syndiqué, et un directeur. Ce dernier est le véritable responsable de la caisse, l’autre sert de guirlande ...

 

L’ancien système, celui avant le RSI ne fonctionnait pas trop mal par rapport à ce que l'on peut connaitre et constater aujourd’hui. Le dialogue avec les URSSAF était beaucoup plus simple qu’il ne l’est aujourd’hui avec le RSI. Alors pourquoi avoir voulu à tout prix changer tout ça et dans une précipitation hallucinante ? C’est ce que nous allons essayer de vous faire comprendre dans l’article suivant.  Profitez de cette coupure,  pour aller vous servir un petit café, car l’histoire est longue, très longue … Fin de la parenthèse )

 

Article 2 / LA CRÉATION DU RSI 

 

Dans les années 2000 le gouvernement de Jacques CHIRAC avait déjà bien préparé le terrain concernant le RSI. Celui-ci fut donc adopté en 2006 sous le règne de Nicolas SARKOZY. Voici une petite anecdote à retenir pour la suite : Le frère de Nicolas SARKOZY est un des grands patrons du groupe MALOKOFF MEDERIC, un fleuron dans le domaine de la mutuelle et de l’assurance santé …

 

3 articles a lire absolument :

 

http://www.lepoint.fr/economie/malakoff-mederic-le-frere-de-sarkozy-soupconne-de-tirer-profit-de-la-reforme-des-retraites-28-10-2010-1255629_28.php

 

http://www.lepoint.fr/politique/tensions-a-l-assemblee-avant-le-vote-des-retraites-mise-en-cause-de-guillaume-sarkozy-26-10-2010-1254565_20.php

 

Les 3 fréres :

 

http://lociol.wordpress.com/2010/09/30/les-3-freres/

 

Création du RSI en 2006 :

 

Les trois caisses AVA - CANAM - ORGANIC fusionnent et donnent naissance au RSI. Sachez que ces trois caisses existent toujours, je n’ai toujours pas compris pourquoi avoir fusionné trois caisses, et aujourd’hui les voir encore actives … .

 

La création du RSI, rappelez vous, avait pour but je cite : "de simplifier la vie des entrepreneurs". Non, vous ne rêvez pas, le RSI a bel et bien été crée pour nous simplifier la vie. La mise en place du RSI devait aussi permettre de faire des économies surtout concernant les frais de fonctionnement, sauf qu’aujourd’hui les frais de fonctionnement nous coutent 17% plus cher qu’auparavant avec un système qui ne fonctionne pas du tout. Voici les bases de fondement concernant la création du RSI.

 

Comment fonctionne la simplification que l’on connaît tous aujourd’hui, voici l’organigramme :

 

1 : Fusion des trois caisses AVA - CANAM - ORGANIC « naissance du RSI en 2006 »

 

2 : Création de 30 caisses RSI régionales ainsi qu’une caisse nationale, frais de fonctionnement annuel uniquement pour le RSI = 700 Millions d’euros, soit plus de 20 millions d’euros par caisse RSI.

 

3 : Les syndicats, le RSI veut faire croire à qui veut l’entendre que le RSI est géré par des travailleurs indépendants, voir des retraités artisans commerçants, libéraux. En réalité, c’est entièrement faux, les syndicats n’ont qu’une seule et unique mission, celle de faire fusible, tout comme le RSI d’ailleurs. 

 

4 : ISU - interlocuteur social unique - crée en 2008». Qu’est ce que c’est ? C’est l’ACOSS et les URSSAF qui se rendent compte qu’ils sont en train de se faire voler la poule aux œufs d’or par un autre organisme [RSI]. À ce moment précis, l’ACOSS et les URSSAF mettent la pression sur le gouvernement de Nicolas SARKOZY afin de pouvoir récupérer un peu des milliards d’euros de nos cotisations. Le gouvernement décide donc de ne pas se fâcher avec l’ACOSS et les URSSAF et décide de faire sous traiter aux URSSAF les appels de cotisations, pour  le compte du RSI. Je vois déjà quelque coup fatigue apparaitre chez certains d’entre vous, avec une question qui vous brûle les lèvres : La création du RSI ne devait  elle pas nous simplifier la vie ? À ce jour, la guerre entre le RSI et les URSSAF bat son plein. La détresse des travailleurs indépendants, n’inquiète ni les uns ni les autres. Encore une petite anecdote, l’association SNE avait été, en mars 2014, consulté par le SENAT, qui avait pour mission de faire une enquête concernant les dysfonctionnements du RSI. Un sénateur missionné pour cette enquête nous avait fait savoir que depuis peu, le directeur général du RSI et le directeur général des URSSAF se disaient enfin bonjour. Super, ils se disent bonjour, ils progressent, la connerie est humaine mais l’humain est souvent con.  À ce moment là, vous pourriez penser que nos cotisations sociales sont gérées par : 1 le RSI, 2 les URSSAF, 3 L’ACOOS, 4 Les SYNDICATS ? Et bien OUI et NON, se n’est pas fini. 

 

5 : Les Organismes conventionnés (OC).

 

Le RSI et les URSSAF, qui à la base ont été conçues pour gérer le calcul de nos cotisations, gérer l’encaissement de nos cotisations, gérer les reversions des droits aux travailleurs indépendants (retraites, indemnités journalières etc..) en réalité, il n’en est  RIEN !  Sachez que le RSI sous traite (une fois de plus, oui c’est ça la simplification) pratiquement 99.5% du travail qui logiquement est le sien à des organismes conventionnés. Ils se comptent au nombre de 20. 

 

Article 3 / ATTENTION, ÇA SE CORSE 

 

Nous sommes donc en droit de nous demander à quoi sert le RSI ? A quoi servent les URSSAF ? A quoi servent les syndicats ? En réalité tous ces intermédiaires  ont un seul et unique dénominateur commun, c’est celui  de cacher la réalité, c’est de faire mur de défense, le RSI, les URSSAF, les SYNDICATS sont des pare feux, des fusibles. Pourquoi ?

 

Article a lire : Petite sauterie entre amis :

 

https://croecorleans.wordpress.com/tag/agnes-voisin/

 

Tout simplement parce que derrière les organismes conventionnés se cache un lobbying pyramidal ÉNORME d’entreprises privées. Là encore vous pourrez trouver quelques exemples sur notre site :

 

http://www.sauvonsnosentreprises.fr/actualite-393-comprendre-le-rsi.html

 

Nos cotisations sociales servent à enrichir … « MALOKOFF MEDERIC souvenez vous », de grosses sociétés d’assurance, de mutuelles, tels qu’HARMONIE MUTUELLE, ou bien encore APRIA RSA qui se cachent derrière la RAM, voici quelques exemples, en effet la liste de mutuelles et d’assurances privées se goinfrant sur notre dos serait bien trop longue à vous énumérer ici. 

 

Les politiques, ont vendu au fil des années la gestion de nos cotisations sociales au monde de la finance ! Elle est la véritable explication du massacre du RSI. Posez-vous les questions suivantes :

 

Pourquoi payons-nous des cotisations à fond perdu ? Pourquoi 7 jours de carences ? Pourquoi des retraites minables ?  La réponse est ici : une entreprise a pour but d’encaisser un maximum d’argent et d’en reverser un minimum, en tant que chefs d’entreprises nous le savons bien, cela s’appelle du profit, des bénéfices. 

 

Et bien chers amis, nos cotisations sociales servent à faire du profit, servent à faire du bénéfice au profit d'entreprises privées! 

 

Nous pouvons aussi nous poser quelques questions telles que : 

 

Qu’ont gagnés et que gagnent les politiciens pour avoir vendu nos cotisations sociales à la finance ? Qu’ont gagnés et que gagnent encore les syndicats en étouffant cette pratique ? Que gagne-le RSI, les URSSAF à faire fusible et pare- feu ?  

 

Un point ou un chiffre positif : Quand nous demandons une baisse des cotisations sociales, on nous répond que c’est impossible vu la conjoncture actuelle … bla bla bla. Je tiens à rappeler ou à vous informer que le RSI en 2012 avait 12 Milliards d’euros placés dans l’immobilier, en bourse, etc. Nous sommes en 2014, je vous laisse imaginer à combien ce chiffre la cagnotte aujourd’hui..  

 

Une question de bon sens : Nos cotisations sociales devraient êtres gérées uniquement par une caisse, que se soit le RSI, les URSSAF, un autre, franchement peu importe. Ce qui importe c’est qu’il y ait un seul et unique organisme, oui, un seul qui gèrerait l’ensemble de nos cotisations sociales. Pensez que le RSI à lui tout seul et rien qu’en frais de fonctionnement annuel nous coute la modique somme de 700 MILLIONS d’euros. Combien nous coutent alors les organismes conventionnés, les URSSAF, l’ACOSS, les syndicats ? Combien de MILLIARD d’économies pourrions-nous faire en supprimant tous ces intermédiaires qui ne servent à rien ? Imaginez toutes ces économies que l’on pourrait déduire de nos cotisations ! 

 

Alors, en résumé et en conclusion : La seule et unique solution pour que tout cela change enfin, s’appelle une révolution. OUI, une révolution des mentalités car l’élite française est tellement bien protégée (la presse, les syndicats, les politiques) environ 7 % de la population Française, ceux là même qui détiennent le pouvoir, n’entendront jamais rien tant que nous ne serons pas réunis, tant que nous ne serons pas des milliers dans la rue, tant que nous ne serons pas solidaires rien ne changera ! Tant que nous n’aurons pas franchit cette étape, ce mal nécessaire, nous subirons ce système. Il règne une chape de plomb sur le RSI, sa seule peur est qu’un jour nous nous soulevions, ne faisant qu’un seul corps. Les moyens sont mis en place pour ne pas que cela arrive, la police privée de l’état (renseignements généraux) y travaille à temps complet. Le RSI fait passer l’association SNE de « danger pour la démocratie » ... mon cul ! (pardon, je m’emporte).  Le danger c’est l’élite en place telle qu’on la connait tous aujourd’hui. Chacun, chacune le sait et continue pourtant d’espérer que les choses évoluent dans le bon sens et sans avoir besoin de se bouger. Mais non, il va falloir prendre des risques, sortir de chez soi et de son quotidien. Alors ne croyez pas que cela se fera sans heurt. Nous avons essayé le dialogue durant ces 4 années, et croyez nous, ce n’est pas la solution. Il va falloir y aller, il va falloir dépasser sa peur, il va falloir arrêter de penser perso et il va falloir aller au charbon !

 

SEULE UNE MOBILISATION DE MASSE fera écho, sans quoi la plus grande entreprise de France continuera de disparaitre lentement dans une agonie telle qu’on la connaît tous aujourd’hui et laissera place aux grands groupes de la finance … inexorablement, le rouleau compresseur est en marche !

 

C’est ce qui est en train de se produire. Quand vous vous en apercevrez, il sera hélas trop tard.

 

Bonne réflexion à tous.

 

SNE DEMANDE :

 

http://www.sauvonsnosentreprises.fr/392+nos-propositions.html


Les réactions

  • Avatar
    marie Bozzi

    Le 13/11/2014 à 15:46:51

    Je ne suis pas sûre d'avoir tout suivi mais mais mais, que penseriez-vous d'une idée toute simple, toute neuve, toute fraîche ? SUPPRIMER TOTALEMENT LE RSI ET RATTACHER TOUS LES INDEPENDANTS AU REGIME GENERAL DE LA SECU: vous avez dit LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ? A l'ETAT qui nous gouverne de nous le prouver !!Marie

  • Avatar
    Ded Jacknife

    Le 13/11/2014 à 15:50:18

    Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
    Art 35 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen .
    Va vraiment falloir s'y mettre les gars et même si on perd des plumes faut se libérer de ce système et que le peuple reprenne le pouvoir .
    Merci a vous tous pour vos initiatives mais hélas j'ai bien peur que l'usage de la violence ne sois un passage obligatoire .

  • Avatar
    philippe grangeaud

    Le 13/11/2014 à 16:01:53

    ce n'est pas une revolution qu'il faut car comme cela l'indique on ne ferait que repartir a 0 en ayant tourne sur nous meme il faut tous cesser de payer et engorger les tribuneaux qui ne pourront pas suivrent on ne risquent a recevoir
    les injonctions remis par ces braves huissiers et nous pouvons par ce biais la tous aller devant les juges pour infos
    mon appel de cotisation 4 eme trimestre 2014 est de 18 486€ alors que j'ai deja renvoyer 3 fois a trois adresses
    differentes ma declaration. le ponpon pour moi c'est que j'habite dans le departement voisin ou ce trouve mon entreprise, j'ai donc en moyenne a repondre a 6 caisses, plus jeune je ne dormais plus la nuit maintenant j'attend et me delecte des tas de connerie quil peuvent m'envoyer de toutes les façons je n'est plus peur et il me font bien rire

  • Avatar
    Jean Marie KOSTRZEWA

    Le 13/11/2014 à 18:10:12

    Bonjour,
    j'ai le même problème que vous, il faut envoyer ma déclaration à Metz et à Evreux...
    Les documents envoyés sont à 2 adresses différentes par au numéro de rue.
    Depuis plus de 10 ans je me bat contre le RSI LORRAINE. Le pire, c'est que j'ai eu la visite d'un huissier, me demandant
    de payer une condamnation de 2007 (préscrite à ce jour) pour un jugement de La CANCAVA Lorraine... qui n'existe plus
    J'ai aussi des contacts avec des huissiers qui ne sont pas la que pour nous saisir, mais défendre nos intêtets,
    écoutez généralement leur boite vocale avant la mise en relation...
    J'ai un age avancé... Je continue à travailler...
    Par contre j'ai appris à ne pas rire de la situation...
    Il y a plein de moyens légaux à défendre nos intêrets. Il faut savoir prendre du recul, et ne pas prendre de décisions hatives sous le coup de la colère...
    Les choses bougent... Merci de me recontacter.
    J'ai la chance d'avoir une compagne qui me soutient (elle est prof de français dans un collège en banlieue de METZ) et je pense qu'il faut savoir PRENDRE DU RECUL avant toutes démarches.
    J'ai déjà trouvé une pré-parade pour (éventuellement contrer le RSI)
    Il suffit tout simplement de :
    Reprendre le nom et prénom du signataire,
    Lui envoyer une lettre recommandée en lui précisant que :
    Si dans un délai de 15 jours francs après réception de la dite lettre... Plainte sera déposé devant le Procureur de la République conformément à l'article 441-1 du Code Pénal qui traite de : ATTEINTE A LA CONFIANCE PUBLIQUE
    Votre dépot de plainte suspend toutes poursuites, car En Droit Français, LE PENAL TIENT LE CIVIL EN EFFET
    Merci de me contacter par retour, pour les informations que je vous fourni.

  • Avatar
    fabrice LAMANDE

    Le 13/11/2014 à 21:51:08

    JE SUIS ARTISAN N FERRONNERIE ET LE RSI ME FAIT CREVER A PETIT FEU !!!
    je suis seul et je travaille a fond avec des problèmes de dos et mal de tête
    merci por votre site

  • Avatar
    ANONYME OBLIGE

    Le 14/11/2014 à 02:49:45

    Bonjour,
    Par cet article, je me permets de répondre puisque vous m'y autorisez régulièrement, ce dont je vous remercie.
    Après le compte rendu de l'audience d'un de vos combattants, je constate que vos arguments, face à ce dialogue de sourds restent intacts, malgré quelques imprécisions dans l'énoncé de "avant les RSI il y avait quoi ? ".
    Trois caisses : CMR (santé) ORGANIC et CANCAVA (vieillesse) dont chacune était responsable des émissions et encaissements des cotisations, les CMR appelaient les cotisations maladie, indemnités journalières, maternité et avaient recours aux Organismes Conventionnés pour l'encaissement ainsi que pour le remboursement des prestations maladie, les CMR géraient ensuite les comptes bancaires ouverts chez les OC et les reversaient à la CANAM, leur tutelle. Les caisses vieillesse n'ont JAMAIS eu recours aux OC, leur caisse nationale gérait en partie les cotisations. Depuis longtemps, ces deux caisses auraient dû être regroupées, en effet, pourquoi une caisse pour un artisan et une autre pour un commerçant ? Les Urssaf géraient la CSG et l'ERDS mais la collecte des impôts des artisans, commerçants, professions libérales était effectuée par les CMR à l'aide de rapprochements communs avec les caisses vieillesse. Les éléments servaient à lancer les avis d'appels de cotisations, les régularisations et les avances sur l'année N-2. Les choses étaient plus "simples" chacun faisait son travail même si des améliorations étaient souhaitables. En fusionnant ces trois caisses, sous prétexte de simplification, les gouvernements successifs, avides de cupidité se sont fourvoyé dans cet imbranglio inacceptable et, à l'écoute des grands "cris" des URSSAF ont permis la mise en place de l'ISU : ces fonctionnaires étaient trop nombreux, les budgets considérables ! Il fallait trancher entre fusion des URSSAF ou fusion des Caisses. Après moults réunions, conférences et séminaires comptabilisant des dépenses dont seule la France est maître en la matière, se sont imposées, avec le soutien des élus, et après des bagarres dignes hélas de notre réputation, les URSSAF et l'ACCOSS. Vos mots ainsi que vos maux sont très justement écrits dans votre article, Présidents, Députés, Administrateurs, Directeurs, Syndicats et autres ne font que répéter les erreurs du passé, le mode de calcul est ramené à N-1, ce n'est évidemment pas suffisant au vu des insuffisances, pratiques et incompétences des RSI. Les témoignages publiés sur votre site confiment le naufrage et l'incapacité du sauvetage de ces administrations, mobilisez-vous TOUS, traquez-les, envahissez les tribunaux de saisies comme le font les huissiers mais ne baissez jamais la garde, stoppez vos prélèvements, faites des chèques, inondez-les de demandes de Commissions de Recours Amiable : les administrateurs et les Présidents des RSI adorent avoir du "travail", justification leur sera faite en encaissant des remboursements de transport et de repas. Ce que vos DROITS les plus élémentaires devraient vous accorder, ils tentent de vous les rendre et se précipitent pour vous "sauver" car grande est leur ambition pour vous TNS. Pourquoi accepter des recours gracieux alors que les principes même et fondamentaux ont été bafoués, nombre de services des RSI ne devraient pas et ne plus exister, les dépenses, les frais scandaleux, fruits de cette fusion, ne servent aujourd'hui qu'au prétexte d'augmentation des charges sociales.
    Je suis consciente qu'après toutes ces années de combat, d'arguments et de questions, les réponses inacceptables pourraient vous amener
    à vouloir dépasser le dialogue, avec des inconséquences qui mettraient vos revendications à plat, ils attendent la faille, les débordements pour s'octroyer la victoire alors que la victoire vous revient de plein droit : MOBILISEZ-VOUS, vous ne cessez de le crier ! Les échanges, faits de part et d'autre sur les multiples sites démontrent bien votre colère alors ne restez plus derrière votre écran, MANIFESTEZ-LA.
    Bien cordialement à vous tous.

  • Avatar
    anonyme

    Le 14/11/2014 à 12:55:01

    Oui ! la solution passera par une révolution.....sinon; nous allons finir esclave.

  • Avatar
    christiane bourgeois

    Le 14/11/2014 à 15:08:12

    bonjour le problème est encore que peu de gens savent que le SNE existe, beaucoup tremblent encore de subir la colère des plus hauts ! ils ont su nous isoler les uns des autres pour mieux régner. c'est pourquoi il est nécessaire de parler entre nous. de faire découvrir ce site. je remercie tous ceux qui ont pris le taureau par les cornes,

  • Avatar
    Franck OLIERIC

    Le 18/11/2014 à 08:39:28

    Bonjour à tous,
    Mobilisons nous, merci à ceux qui maitrisent mieux le système que d'autres, j'ai deux associés qui n'ont jamais été au chômage, ont travaillé toute leur vie en indépendant, un des deux a fait faillite mais il est reparti, un des deux autres a mis en place un plan d'épargne retraite, ils ont tous les deux 56 ans, leur retraite sera de : 358 euros et 700 euros. Est-ce normale que les gens qui encaissent nos cotisations, aient des retraites supérieures à ceux qui cotisent ? Est-ce normale qu'ils aient de meilleurs conditions de travail voire de salaire que ceux qui font plus de 50 heures de travail semaine ? Je dis non, tout cela est une injustice et une mafia dissimulé

  • Avatar
    R. Gilles

    Le 30/11/2014 à 10:50:32

    Un focus assez inédit, dans la livraison de Challenges 27 nov. 2014 (donc encore en kiosques en ce toutdébut Déc.), p. 59, avec en illustration la (féroce) interpellation de M. Fr. GAVOUX à la Rochelle (photo), m'a mené à parcourir plus avant la démarche d'ensemble de Sauvons Nos Entreprises, par moi mal appréciée auparavant.

    Je suis stupéfait, bien sûr, de découvrir autant que 'cadavres dans le placard'...

    Un petit rappel cependant, qui ne manque pas d'intérêt.

    Ce furent les Entreprises immatriculées au Reg. du Commerce des Stés. qui furent taxées, de nombreuses décennies durant, et dans une parfaite escroquerie, aux fins de financer les Régimes de retraite des Travailleurs Indépendants via l'obligation qui leur était faite d'acquitter une taxe de 0,1% sur leur CA, au delà d'un certain montant.

    Ceci résultait d'une magnifique entourloupe instituant la solidarité d'agents pris au hasard au sein de la Société, les entreprises, astucieusement sacrifiées en la matière par des représentations patronales suspectes, sinon cannibales (le CNPF de l'époque, à la remorque duquel se trouvait la CGPME de l'inoubliable Bernasconi, programmé pour toutes les compromissions).

    Les salaires des Directeurs de l'ORGANIC, les infrastructures de cette structure, les avantages sociaux des personnels, quasi 'copié-collé' à ceux offerts aux personnels de Chambre de Commerce, ou à ceux d'autres dispositifs parfaitement frelatés, apparaissaient même provocants pour les mieux nantis des dispositifs publics, faisant parfois saliver les agents d'EDF, c'est dire !...

    Les Indépendants (les "Non-Salariés - Non Agricoles") s'en remettaient ainsi benoîtement à la prodigalité forcée des Entreprises, faute d'avoir anticipé depuis les années 45 / 50 l'alimentation par eux-mêmes de leur régimes de retraite.

    Ceci gagnait à être présenté.

    Il n'en demeure pas moins que le système RSI est devenu aujourd'hui une caricature à l'état chimiquement pur, et pour de multiples raisons, ppalement. l'opacité technique du système, une invraisemblable construction démente, mais peut-être pas encore décérébrée comme les logiciels de paie des personnels militaires, une pitrerie encore pire que celle qui impacte la gestion des cotisations des régimes sociaux des indépendants.

    Je décide donc d'adhérer, bien sûr.

    gilles R.

Réagir


Rechercher sur le site

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Association Sauvons Nos - Site National et Officiel RSI



L'ASSOCIATION

ADHERER

BESOIN D'AIDE

NOS PROPOSITIONS

LA PRESSE EN PARLE

NOS DOSSIERS

VOS TEMOIGNAGES

ABERRATIONS DU RSI

LETTRES OUVERTES

AFFICHES / FLYERS SNE

MENTIONS LEGALES

BOUTIQUE SNE

AUTRE

Sondage

  • Seriez vous pour une manifestation nationale devant tout les RSI régionaux

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 13