Sud-Ouest (28/03/12)

 

 

Ils sont fatigués de passer à la caisse

        La contestation contre le Régime social des indépendants gagne .

 

Eric Labachot, à gauche et Pascal Geay, à droite, entourent leurs collègues mécontents 

 

 

Eric Labachot, à gauche et Pascal Geay, à droite, entourent leurs collègues mécontents (Photo P.B.)

 

Source : http://www.sudouest.fr/2012/03/28/ils-sont-fatigues-de-passer-a-la-caisse-671639-1391.php

 

 

Au pays des acronymes, le RSI, alias Régime social des indépendants, a gagné ces dernières années en notoriété. Une réputation sulfureuse toutefois : des dys- fonctionnements à la pelle encombrent les bureaux des médiateurs de la République, les audiences des tribunaux des affaires sociales. Ils donnent du travail aux huissiers et des nuits blanches aux artisans, commerçants ou professions libérales qui sont concernés.

 

 

À l'échelon national, 150 000 dossiers de litige seraient en cours, sur les quatre millions d'assurés dépendant de cette caisse. Parmi eux, quelques protestataires ont créé une association, dénommée « Sauvons nos entreprises » (1).

 

 

Une action hier à Anglet

 

 

Hier, une action de protestation avait lieu à Anglet, devant les locaux de l'Urssaf qui abritent également les bureaux du RSI. Le président de Sauvons nos entreprises, Pascal Geay, venu de La Rochelle, a été accueilli par Éric Labachot, représentant pour les Pyrénées-Atlantiques. En premier lieu, l'association demande un moratoire immédiat de tous les contentieux et l'arrêt des poursuites contre les cotisants. « Les bases de calcul sur les bénéfices sont obsolètes. Elles devraient se faire sur nos salaires réels, comme avec la Sécu. Et surtout, il n'y a pas de dialogue possible », dénonce Éric Labachot.

Cacophonie

 

 

Le RSI assure depuis 2006 la couverture maladie et la retraite des artisans, commerçants et professions libérales. En 2008, l'Interlocuteur social unique, dit ISU, entre en vigueur. Depuis, l'Urssaf récupère les cotisations calculées par le RSI, mais le croisement des systèmes informatiques entre les deux organismes multiplie les dysfonctionnements.

 

 

Le ministre du Budget s'engage même en 2009 à mettre fin à la cacophonie : « Avant la fin de l'année 2010, le gouvernement s'engage avec l'Acoss et le RSI à ce que les problèmes techniques soient résolus. L'évolution de la collecte des déclarations de revenus 2009 [doit permettre] d'asseoir le calcul des cotisations dues en 2010, afin de réduire significativement les taxations d'office », promet Éric Woerth.

« C'est justement en 2009 que beaucoup d'artisans et d'indépendants ont été frappés par la crise et que leur chiffre d'affaires a diminué drastiquement », note Éric Labachot qui, à partir de ce moment-là, s'est vu réclamer des sommes qui ne correspondaient plus du tout avec la réalité économique de son entreprise. Exemple : déficit en 2008 et 3 000 euros de bénéfices en 2009 lui valent un appel à cotisations de 476 euros par mois.

 

 

Les courriers de demande d'explication restent sans réponse et les coups de téléphone sonnent dans le vide. Hier, ses collègues racontaient le même genre de galère, avec des chiffres parfois bien plus conséquents et surtout la peur de l'huissier. Ils fustigent l'administration et la technocratie du RSI.

Fiabiliser le système

 

Gilles Villier, président de la caisse Aquitaine du RSI (2), défend son action : « Je suis, moi aussi, un indépendant, au service de la caisse et de mes collègues. J'ai dépensé une énergie considérable pour obtenir la mise en place de nouveaux outils informatiques compatibles. Je sais qu'il y a des gens de bonne foi qui ont été lésés, mais je ne les laisse pas sur le bord de la route. C'est vrai qu'il y a des problèmes de communication, mais nous avons pris le taureau par les cornes. On va arriver à fiabiliser le système d'ici quelque temps», promet l'élu. « J'ai beaucoup mouillé la chemise, auprès de commerçants ou artisans de tous bords que je reçois, mais aussi auprès par exemple des experts comptables ».

 

 

(1) http ://sauvonsnosentreprises.asso-web.com (2) la plus grosse de France avec 300 000 adhérents et 270 salariés.

 

...................................................................................................................................................................

 

Réaction

 

 

***stefani bruno***

 

comme beaucoup de petit chef d'entreprise ,un peut de difficulté une mauvaise année et demain le tribunal de commerce pour peut etre obtenir une mesure de protection ,plutot que le redressement , mais il faut d'abord payer ,payer encore , je vais vous rejoindre ,mais il faudra aussi denoncer les agissement pas tres clair des tribunaux de commerces, plus interressé par les liquidation que par la sauvegarde des entreprises, RSI oui calculons nos charge sur l'argent que l ont peut prendre sur nos entreprise , car des mois il y soit je paie le rsi soit je prend un demi salaire

Le 08-08-2012 à 09:43:09 

 

 

 

 

Les réactions

  • Avatar
    Virginie Deflandre

    Le 02/05/2013 à 19:19:51

    Je suis tout à fait d'accord avec vos revendications. Je suis franchisée indépendante à Bayonne et j'aurai bien aimé être informée de votre action auprès du RSI d'Anglet ce mardi. (Je l'ai appris par la presse ce jour).
    Comment être informé de vos actions ? Organisez-vous des réunions ?
    Au plaisir de votre contact.

Réagir


Rechercher sur le site

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Association Sauvons Nos - Site National et Officiel RSI



L'ASSOCIATION

ADHERER

BESOIN D'AIDE

NOS PROPOSITIONS

LA PRESSE EN PARLE

NOS DOSSIERS

VOS TEMOIGNAGES

ABERRATIONS DU RSI

LETTRES OUVERTES

AFFICHES / FLYERS SNE

MENTIONS LEGALES

BOUTIQUE SNE

AUTRE

Galerie photos (780)

Sondage

  • Seriez vous pour une manifestation nationale devant tout les RSI régionaux

Visiteurs en ligne

    • Nombre d'invités : 10